Spécialiste de l'immobilier avec terrasse et jardin dans l'ouest parisien
12 Mai

Les professionnels de l’immobilier du Var refusent de participer au projet de fichier des mandats exclusifs de la Chambre des Notaires du Var.

photo :

 

Représentants de la FNAIM du Var, du FICHIER AMEPI du Var, des réseaux d’agences immobilières Century 21, ERA, ORPI… Tout le petit monde de l’immobilier varois s’est retrouvé il y a quelques jours pour faire front commun contre le projet des notaires du Var de constituer un fichier des mandats exclusifs de vente. Et rédiger un courrier adressé au président de la Chambre des Notaires du Var daté du 10 mai dont nous vous révélons la teneur en exclusivité.

Lettre ouverte au président de la Chambre des Notaires du Var

« Votre projet, tel qu’il est ne correspond pas à un axe de développement de nos entreprises, ni même à la vision que nous nous faisons de notre métier.

Nous avons pris la décision de ne pas y participer.

Les signataires de cette lettre informent leurs adhérents et/ou franchisés qu’ils n’adhèrent pas à ce projet et les incitent à ne pas y participer de façon individuelle.

Si votre projet devait perdurer, il viendrait fortement perturber les relations privilégiées que la profession entretient avec vos Études.

Nous regrettons sincèrement que ces années de collaboration aient abouti à cette situation d’un projet mené de façon unilatérale. »

Pas question de se retrouver en concurrence avec les notaires…

 

Le problème posé par ce projet pilote dans le Var? « Avec ce fichier les notaires veulent capter les mandats de ventes, les mettre dans un fichier commun avec des honoraires charge vendeur de 1,5% au maximum », tempête Julien Savelli, président de la FNAIM du VAR.

« Nous allons nous retrouver en concurrence avec des notaires qui vont prendre des honoraires extrêmement bas. Ce fichier, les notaires ne vont pas le travailler. Ils vont  continuer à s’appuyer sur les professionnels de l’immobilier pour pouvoir vendre ces biens mais nous devrons faire une croix sur nos honoraires vendeurs. Il n’en est pas question. Pas question non plus d’alimenter un fichier qui permettra plus tard aux notaires de développer des services de transaction en direct. »

… et payer pour les loupés de la loi Macron

«Avec la loi Macron les notaires financent leur incursion sur le secteur concurrentiel des professionnels loi hoguet grâce à leur monopole . Il est temps que ce monopole cesse », poursuit Julien Savelli, président de la FNAIM du VAR.

Les professionnels de l’immobilier ne souhaitent pas que les notaires se mettent à travailler contre eux pour compenser les problème créés par la loi Macron. À bon entendeur…

© ArTo – Fotolia.com

« En région Parisienne, les notaires ne font pas de transaction. Pas encore en tout cas. Ils savent que les professionnels de l’immobilier ne leur présenterons plus de dossier à signer si c’était le cas. En province c’est assez différent car bon nombre de notaires ont un service transaction. C’est assez malin de la part de l’État (en l’occurrence de Macron), qui en mettant tout le monde en concurrence oblige tout ce petit monde à baisser ses honoraires, alors qu’en parallèle, ce même État malin, ne s’est pas gêné pour augmenter ses droits de mutation il y a quelques années. Peut on s’attendre alors à d’autres hausses dans l’avenir ? Encore une fois, ce n’est pas en mélangeant les genres que nous améliorerons la situations économique de chacun, mais bien en baissant les impôts, les droits de mutation (ou dit « frais de notaire ») en ce cas, que l’immobilier repartira et que plus de personnes pourront devenir propriétaires de leur logement. Mais ça, l’État a bien du mal à le comprendre…. »

Xavier URBAN (Directeur)

 

 

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée